Les signes du zodiaque

Bélier

Le signe du Bélier débute à l’équinoxe de printemps, c’est le premier signe du zodiaque, le signe des commencements. Le Bélier suit les Poissons. Tel une graine qui germe en perçant sa coque, il émerge du collectif et de l’inconscient pour exister. Il est donc mû par un fort désir d’être qui le fait aller de l’avant en toutes circonstances, et retenu par les puissances inconscientes de la force de nuit où il sait avoir ses origines. Le courage et l’audace apparente du Bélier naissent de la peur de ne pas exister. L’impatience se mêle à la peur. Son attitude de combattant sans peur et sans reproche masque une instabilité émotionnelle et une sensitivité aiguë. Si le Bélier agit, c’est pour s’accomplir en tant que personnalité. Il doit donc éviter tout état stationnaire qui le replongerait dans le passé. Il a peur de la routine et des traditions qui l’empêcheraient d’aller de l’avant.
C’est un téméraire qui avance tête baissée, à l’instinct, avec spontanéité, impulsivité, impatience. C’est un pionnier, un éveilleur, qui désire guider les autres et les entraîner dans son sillage. Il a besoin de distribuer aux autres l’énergie qui le propulse en avant. Il initie et commence sans se préoccuper de réaliser ou terminer. Il ne s’attache pas aux résultats de ses actes, car il est l’acte, il existe parce qu’il agit et agit pour exister.
Il est traversé par une énergie impersonnelle et inconsciente qui le pousse à agir. Il est donc intuitif, il sait suivre son instinct.
Le Bélier peut manifester de l’arrogance et une forme d’orgueil basée sur sa force d’action. Il peut s’éparpiller dans de nombreuses initiatives sans fondement. Lorsqu’il est happé par son inconscient, il peut ressentir un sentiment d’à quoi bon, s’auto apitoyer et ne plus suivre l’impulsion qui le traverse. Il doit apprendre à agir en tenant compte des besoins de l’entourage, et apprendre à devenir conscient de l’énergie qui le traverse afin d’accepter pleinement son destin.

Au niveau physique, le Bélier est en correspondance avec la tête, le sang.

Le don de l’esprit à développer par le Bélier est l’adaptabilité, c’est-à-dire apprendre à agir en tenant compte de l’environnement.

Taureau

Après l’impulsion juvénile de la force de jour qui émerge au Bélier, l’énergie se stabilise en Taureau. La graine s’enracine dans la terre. Le Taureau est à la recherche de résultats palpables, qu’il sait pouvoir obtenir grâce aux efforts répétés et à l’obstination. C’est au 15ème degré du Taureau que l’énergie libérée au début du zodiaque reprend une orbite circulaire. La trajectoire initiée par le Bélier se modifie pour se diriger vers un but nouveau : réaliser, produire. Le Taureau représente la terre féconde et fertile, la nature vivante et sensuelle. Il est enraciné dans la vie, il avance avec patience, opiniâtreté, détermination. Le Taureau aime toucher, sentir, goûter, il aime posséder. La propriété lui donne le sentiment d’être incarné, et de pouvoir atteindre son but grâce à ce qu’il possède. C’est un bâtisseur, il met les choses en place, les concrétise et les fait fructifier.
Il recherche les ambiances paisibles et calmes, la simplicité, il supporte mal d’être dérangé. Il se ressource au contact de la nature, ou lorsque ses sens sont éveillés : cuisine, sculpture, jardinage…
Le Taureau peut faire preuve d’entêtement, d’inflexibilité et se sentir si bien dans sa « fixité » qu’il ne souhaitera changer ni d’opinion ni d’attitude. Il peut rechercher la sécurité à travers la possession ou l’attachement aux objets du désir et souhaiter la satisfaction immédiate de ses propres désirs.

Au niveau physique, le Taureau est en correspondance avec le cou, la nuque, les cordes vocales.

Le don de l’esprit à développer par le Taureau est le détachement, c’est-à-dire réaliser que rien ne lui appartient et qu’il peut utiliser tout ce qui lui est donné.

Gémeaux

L’énergie dynamique Bélier est devenue pouvoir organique en Taureau. Avec les Gémeaux vient le besoin d’étendre la sphère d’expérience, en nouant des contacts avec l’entourage, en expérimentant une multitude de situations nouvelles. La graine devenue plante étend ses branchages et ses feuilles dans l’environnement qui l’entoure. Tel un adolescent pressé de quitter la famille qui le maintient dans le passé, les Gémeaux sont curieux de partir à l’aventure, d’apprendre et de découvrir par eux-mêmes.
Aux Gémeaux la pensée se développe, ainsi que la parole, le besoin de nommer, de classifier, étiqueter. Le Gémeaux joue avec les mots, il aime la controverse, c’est un poète plus qu’un penseur, il charme par les mots et la parole. Il communique, échange, crée des liens.
Il recherche la sécurité intellectuelle à travers une pensée logique. Il associe les choses, les situations et les gens, c’est un médiateur, un journaliste, un conteur. C’est un joueur espiègle et taquin. Il est capable de s’adapter à des situations nouvelles en cherchant des solutions aux problèmes qui se présentent. Il est ingénieux, habile de ses mains, il expérimente, démonte, répare, bricole.
Le Gémeaux fait preuve de nervosité, d’instabilité. Il n’est pas à l’aise avec le monde émotionnel, et passe facilement d’une chose à l’autre, en donnant une impression de superficialité. C’est aussi une force qui lui permet d’aborder les événements avec une conscience double, il est dans le monde tout en semblant être détaché du monde. S’il veut développer sa propre intelligence des choses, il doit faire preuve d’honnêteté intellectuelle, car il peut se trouver prisonnier de ses propres formules et de sa propre logique.

Au niveau physique, le signe des Gémeaux correspond aux poumons, aux bras, aux mains.

Le don de l’esprit à développer par les Gémeaux est la non-ingérence, c’est-à-dire la capacité à laisser les choses suivre leur cours sans intervenir.

Cancer

Le Cancer débute au solstice d’été, c’est un changement de polarité, un renversement de tendance, la force de jour est arrivée à son maximum d’intensité, elle commence à décroître. La plante a fini sa croissance, elle existe maintenant dans une forme définie et aboutie. Le Cancer doit apprendre à devenir conscient de qui il est et accepter de se différencier en étant ce qu’il est. Le Cancer symbolise la force d’intégration de la personnalité.
Avec la montée progressive de la force de nuit, des forces inconscientes et émotionnelles submergent le conscient. La tâche du Cancer est de laisser monter ces forces, se laisser naître en lui les sentiments, sans se laisser désintégrer. Il cherche donc à se protéger, à se sécuriser. Comme la carapace du crabe qui l’illustre, il pose autour de lui des barrières protectrices, en créant un foyer, en développant l’esprit de famille, ou l’esprit de nation. Il protège aussi son monde intérieur et son jardin secret.
Le Cancer est sensible, rêveur, imaginatif, parfois nostalgique du passé et de l’enfance. Il est attaché aux coutumes, aux traditions, à la famille, aux souvenirs. C’est un tendre romantique, mais aussi quelqu’un d’obstiné, qui cherche à affirmer sa personnalité. Le Cancer est maternel, il cherche à protéger, sécuriser, et à prendre en charge les besoins des autres. Il aime lui-même qu’on prenne soin de lui, il est facilement dépendant surtout s’il se sent en sécurité.
Le Cancer peut devenir très maternant et chercher à nourrir les autres et les protéger comme devrait le faire une mère. Il se protège en fait lui-même de l’insécurité et l’instabilité émotionnelle. Le Cancer peut faire preuve de sensiblerie, c’est-à-dire se laisser envahir et jouer avec les émotions. Il peut aussi de laisser happer par des rêves personnels et par l’imaginaire qui l’éloigne de la vie.

Au niveau physique, le Cancer correspond à l’estomac, aux seins.

Le don de l’esprit à développer par le Cancer est l’appartenance, c’est-à-dire la conviction profonde de faire partie de la collectivité humaine, là où l’on est.

Lion

Après la phase de focalisation du Cancer, la phase Lion représente une phase d’expression et de création. La plante continue son développement à travers ses fruits. Avec le Lion s’éveillent les sentiments, qui font suite aux émotions nés dans le Cancer. Le sentiment est la capacité de porter un jugement sur ce qu’on estime bon ou mauvais, et le sentiment peut commencer à l’exprimer en Lion après que l’identité se soit formée en Cancer. En Lion, l’énergie se libère à travers les réactions physiologiques émotionnelles et l’expression des sentiments. Le Lion a besoin d’être reconnu, il cherche à impressionner en s’exprimant avec emphase, en jouant avec les émotions. Il cherche ainsi à masquer son insécurité personnelle.
A travers ses créations, le Lion cherche à projeter sa personnalité sur son entourage et à laisser une empreinte de lui dans le monde. C’est un passionné, qui recherche l’amour, y compris à travers son public.
Le Lion est courageux, il sait faire preuve d’une autorité naturelle, c’est un combattant dominateur et volontaire, qui n’aime pas qu’on empiète sur le terrain de ses désirs et ambitions. Il sait se montrer généreux, loyal et magnanime.
Avide de reconnaissance personnelle, le Lion dramatise, il joue la comédie, il exagère, il veut montrer son importance. Sa fierté l’empêche de demander l’amour dont il a besoin, il veux maîtriser et demande difficilement du soutien.

Au niveau physique, le Lion correspond au cœur, aux yeux, aux artères.

Le don de l’esprit à développer par le Lion est la simplicité, c’est-à-dire la capacité à laisser l’être rayonner, dans le calme, sans dramatiser.

Vierge

Dernier signe personnel et dernier signe de l’été, la Vierge est un signe de transition entre l’individuel et le collectif. Il correspond à la période des moissons et des récoltes, après la fructification Lion.
Après la phase Lion de rayonnement, l’expression a besoin d’être réajustée et les émotions repolarisées. Ce qui a été extériorisé de manière passionnée dans le Lion doit être nettoyé, jusqu’à obtenir une pure expression de soi, c’est-à-dire conforme à ce qu’on est. Pour cela, la Vierge développe l’utilisation de techniques, le sens critique et le discernement.
La Vierge gouvernée par Mercure, peut utiliser son sens critique pour discerner ce qui lui convient et ne lui convient pas, et ainsi réévaluer son attitude. Le grand défi de la Vierge est de s’accepter et accepter la réalité de la vie. Désireuse de servir et de se sentir utile, elle sait être efficace, précise jusque dans les moindres détails.
La Vierge cherche sans cesse à s’améliorer, à se purifier, à se nettoyer des impuretés, tant au niveau physique que psychique. Elle recherche la sagesse du corps, et s’intéresse à la santé, l’alimentation.
La Vierge peut devenir perfectionniste, et douter tellement d’elle-même qu’elle finirait par se perdre. Si elle ne s’accepte pas telle qu’elle est avec ses qualités et ses défauts, elle peut vivre dans une autocritique et une dévalorisation permanente, qui la plonge dans une attitude de victime ou de martyr.

Au niveau physique, la Vierge correspond au système digestif, aux intestins.

Le don de l’esprit à développer par la Vierge est la tolérance, c’est-à-dire apprendre à supporter et accepter les crises de transformation qui élargissent la conscience et la compréhension.

Balance

Le signe de la Balance débute à l’équinoxe d’automne, c’est un nouveau moment d’équilibre instable entre la force de jour et la force de nuit. Les fruits tombés au sol contiennent les graines du futur. La conscience n’est plus centrée sur le moi, elle s’ouvre vers le groupe et la société. L’individu sent un besoin de rencontrer l’autre d’égal à égal et de se lier en gardant encore en mémoire inconsciente sa conscience individuelle.
La Balance est sensible aux échanges humains, elle développe le sens social et une dépendance aux valeurs sociales. La première structure sociale commence par le couple, deux personnes se rencontrent et choisissent de vivre ensemble. En Balance, il existe une quête de la relation idéale, autant dans un couple que dans toute forme de relation. Cet idéalisme se manifeste par la quête d’harmonie, d’équilibre, de beauté et d’esthétisme (à travers les arts par exemple). La Balance rêve de formes idéales, c’est donc une excellente médiatrice, qui veille à l’harmonie et au bonheur des relations humaines. Elle s’épuise vite dans les controverses et les intrigues.
Elle doit apprendre à évaluer les choses, les gens, les événements. Ce jugement est souvent basé sur l’idéal social, sur ce que devrait être une société idéale d’après celui qui évalue. Il n’évalue pas pour son propre compte, mais il met en avant les normes sociales.
La Balance cherche à répondre à ce que le groupe social attend d’elle, ou à ce qu’elle pense que le groupe attend d’elle. Ainsi elle peut être hésitante, changeante, opportuniste. Elle essaie de se fondre dans les situations, au risque de ne pas arriver à choisir ou à accomplir sa tâche. La Balance qui recherche l’approbation de son entourage risque d’oublier qui elle est. La Balance s’ouvre sur le collectif, et garde inconsciemment le souvenir de son existence individuelle. Elle peut donc être vite découragée, puis repartir aussitôt vers son idéal en s’ouvrant avec générosité sur les autres.

Au niveau physique, la Balance est en correspondance avec les reins, la vessie, la prostate.

Le don de l’esprit à développer par la Balance est l’aisance, c’est-à-dire être capable de se sentir à l’aise avec les autres en toutes circonstances.

Scorpion

C’est l’automne, les feuilles sont tombées et se désagrègent. C’est une phase de régénération qui s’accompagne d’un processus de transformation chimique. Le Scorpion a besoin de s’unir profondément aux autres et de fusionner.
Le Taureau représente la procréation biologique grâce à l’accouplement. Au Scorpion l’activité sexuelle devient un besoin d’union totale avec l’autre, dans le but de s’oublier soi-même et former un ensemble plus grand. Ainsi il y a en Scorpion un désir de « faire partie », d’un couple ou d’un groupe, ou d’une association, toujours dans le but d’être plus que soi-même.
Le Scorpion s’identifie à la société et il tire son énergie de ce qui se passe dans la société. Il peut devenir destructeur et ne craint pas d’attaquer, toujours dans un but plus ou moins conscient de désagréger la conscience égotique au profit d’une conscience sociale.
Le Scorpion a besoin d’intensité émotionnelle, il a envie de se fondre dans l’autre, et d’aller au-delà des apparences. C’est un chercheur, un enquêteur, il ressent les choses et les êtres, et va toujours plus loin dans les profondeurs.
Le Scorpion aime les situations périlleuses où il défie le danger, la mort, le pouvoir. Il aime prendre des risques. Il sait, plus ou moins consciemment qu’il a le pouvoir de se régénérer.
Le Scorpion peut facilement user de son charisme et de son pouvoir sur les autres, il peut chercher à détruire, à nuire ou à faire peur, ou bien à retourner cette puissance contre lui-même. S’il n’arrive pas à établir une relation exaltante avec le groupe social, il peut garder en lui du ressentiment.

Au niveau physique, le Scorpion correspondent aux organes génitaux, aux fonctions d’élimination.

Le don de l’esprit à développer par le Scorpion est la non-identification, c’est-à-dire la capacité à rester soi-même dans les relations sans être absorbé par le désir intense de fusion.

Sagittaire

Dans le signe du Sagittaire, la force de nuit arrive à son maximum d’intensité, la conscience collective l’emporte sur la conscience individuelle. Les graines sont maintenant déposées dans la terre, elles se préparent à passer l’hiver.
Après l’union et la fusion du Scorpion, le Sagittaire se met en quête de nouvelles valeurs sociales, et en quête de compréhension. Les horizons s’ouvrent sur de nouveaux idéaux. Il est en quête de vérité, et la cherche dans de multiples directions : philosophie, religion, spiritualité, métaphysique, abstractions… Le mental cherche de nouvelles connexions, afin d’organiser de manière efficace les rapports humains. Le Sagittaire élabore de nouveaux concepts qu’il va chercher à porter toujours plus loin, comme la flèche de l’archer, tel un visionnaire ou un prophète.
Le Sagittaire est pleinement conscient de son pouvoir, qu’il sait utiliser pour faire partager ses idées, et pour emmener le groupe social vers de nouveaux horizons. C’est un idéaliste qui ne perd pas le sens des limites ; il cherche à faire la synthèse entre les aspirations et la réalité, et à organiser la vie sociale en fonction d’un idéal. Il cherche à répondre aux besoins de son temps.
Il sait transmettre sa vision, avec passion, et son enthousiasme est communicatif, même s’il est parfois excessif. Il aime les grands espaces, l’aventure, les voyages, le mouvement, le sport, la bonne chère, c’est un bon vivant.
Le risque principal pour le Sagittaire est de vouloir défendre et imposer ses idées, et ce qu’il juge être LA vérité alors qu’il s’agit de SA vérité. Il peut faire preuve d’arrogance, de dogmatisme, d’intransigeance, d’intolérance. Au lieu d’ouvrir son esprit sur de nouvelles possibilités, il s’installe en autorité suprême, et peut devenir fanatique.

Au niveau physique, le Sagittaire correspond aux cuisses et au foie.

Le don de l’esprit à développer par le Sagittaire est la camaraderie, c’est-à-dire vivre le partage et la coopération entre les humains au-delà des groupes d’appartenances (nations, religions, familles…).

Capricorne

Le Capricorne débute au solstice d’hiver, c’est un nouveau changement de polarité, la force de nuit commence à décroître. La nature est en sommeil, tout semble endormi, mais la terre porte en elle les graines du futur. A son opposé le Cancer, la personnalité intégrée pouvait dire « je suis ». Au Capricorne, c’est la conscience sociale qui naît, et plus globalement la conscience collective : « nous sommes ».
Le Capricorne est le signe du développement de la responsabilité dans le collectif. Les groupes sociaux sont établis, avec ses institutions, l’État. Le Capricorne, signe de polarité positive, cherche à assimiler les contenus du monde social, afin de s’y intégrer. Il avance avec patience et persévérance sans dévier de sa route, avec une ambition qui le tire toujours plus haut.
Le Capricorne est un solitaire. Il agit dans et pour le collectif sans avoir une totale conscience de ce qui le guide. Il peut être attiré par les sommets de la réussite professionnelle et sociale, ou par une vie d’ascète, dépouillé de tout.
La force collectivisante qui se développe en Capricorne devrait l’amener à prendre confiance en lui afin d’agir en véritable chef responsable, intègre, c’est-à-dire fidèle avant tout à ce qu’il est. S’il dévie, il peut utiliser son pouvoir pour nourrir ses propres ambitions.
Le Capricorne semble être détaché du monde, il peut paraître froid, logique, attaché aux principes et tellement impliqué dans ses actes qu’il semble ne pas avoir d’émotions. Il peut aussi jouer son rôle de responsable avec zèle, et devenir un patron tyrannique, un chef suprême ou corrompu.

Au niveau physique, le Capricorne correspond aux articulations, aux genoux, à la peau.

Le don de l’esprit à développer par le Capricorne est l’intégrité personnelle, c’est-à-dire le sentiment intérieur d’être responsable de sa propre destinée.

Verseau

Le Verseau est le signe du milieu de l’hiver, le froid et le mouvement d’arrêt de la nature sont à leur maximum. Tout se passe en préparation d’un avenir, par la mutation de ce qui a été et qui laissera la place au renouveau.
Le changement et la nouveauté sont les aspects les plus remarquables du Verseau. La conscience du collectif est forte, car chaque individu se sent relié aux autres, à l’humanité, et cet élan vers les autres se manifeste par la solidarité, la fraternité. Au milieu du groupe, le Verseau peut chercher à se démarquer, à montrer sa différence et son originalité. La vision du Verseau se pose toujours plus loin ; il est guidé par l’idéal et la perception d’un futur possible. Les valeurs Sagittaire ont été institutionnalisées en Capricorne, et doivent maintenant être réformées.
Le tempérament visionnaire du Verseau se manifeste autant dans des actions de solidarité que dans des actions de révoltes, car il comprend que pour faire venir le nouveau il faut détruire l’ancien. Son insatisfaction le guide vers la création d’un avenir meilleur, pour le monde et ses compagnons humains. Il cherche à rendre possible cette vision et cette conscience nouvelle, symbolisées par l’eau déversée de la jarre.
Épris de liberté, il essaie de se démarquer, mais il reste souvent dépendant de l’organisation sociale. Il accepte le changement, mais lentement. C’est un réformateur d’idées, plus humanitaire qu’humain, il a du mal à confronter ses idées à la réalité. Il peut être émotionnellement froid, par manque de confiance en lui.

Au niveau physique, le Verseau correspond aux jambes, au système veineux.

Le don de l’esprit à développer par le Verseau est le service, c’est-à-dire l’engagement pour une cause ou pour des valeurs collectives.

Poissons

Le signe des Poissons est situé à la fin du printemps, c’est aussi le dernier signe du zodiaque. Il correspond à une période clôture, de bilan, tout ce qui a été n’est plus, tout ce qui a formé le cycle précédent est maintenant utilisé pour l’émergence toute proche d’une nouvelle germination. C’est une phase pendant laquelle tous les éléments du passé se rejoignent, et s’unissent, pour former un tout, une nouvelle matrice d’où une nouvelle individualité pourra émerger.
Ainsi le signe des Poissons symbolise le collectif, l’universel. La sensibilité s’ouvre sur la conscience du Tout, de la globalité, qui peut se manifester par une capacité à appréhender un ensemble pour synthétiser les divers éléments qui le composent.
C’est aussi une capacité d’accueil des autres, de tolérance, et un sens développé de l’humanité, de ce qui relie le vivant dans ce monde, et une aptitude à aider autrui, et à guérir les maux de l’âme.
Les Poissons sont adaptables, capables de se mêler à toutes les situations, et de s’y fondre. Ils sont poètes ou mystiques. Ils sont hypersensibles, captent et absorbent les ambiances, les émotions, et sont connectés à l’invisible, à l’inconscient.
Lorsqu’ils cherchent la fusion avec l’univers, le retour à la matrice originelle, le Poissons peut être absorbé dans son monde, restant indifférent aux conséquences pratiques. Il s’illusionne facilement. Il peut être indécis, malléable, et avoir peur de lui-même. Les Poissons semblent être insaisissables et fuyants. Pour combler leur besoin de fusion intense, ils peuvent rechercher des paradis artificiels, tels que la drogue ou l’alcool, ou encore le mysticisme.

Au niveau physique, les Poissons correspondent aux pieds, au système lymphatique.

Le don de l’esprit à développer par les Poissons est le courage de s’ouvrir toujours davantage à l’universel, sans résister, avec foi et confiance.